Mes savons ont une âme

photo

Certains ont leur Madeleine de Proust, moi j’ai mes savons du souvenir et j’y tiens.
A chaque fois que j’utilise les toilettes dites « publiques » de notre maison, la Casa Madre, (comprenez celles du rez-de-chaussée à usage des invités), ils sont là, sous mes yeux et je ne peux m’empêcher de me demander si leur fabriquant est toujours en vie, s’il a fermé ou dû abandonner derrière lui des milliers de ces petits cubes odorants, s’il a encore du stock ou s’il pourra assurer sa production annuelle qui devrait démarrer en cette période et durer deux mois avant le traditionnel séchage qui prend presque une année.
Bref, à chaque fois que j’utilise mes lavabos, j’admire mes savons d’Alep et leurs jolies formes et c’est la GUERRE en Syrie qui me saute au visage.
Avant, le savon d’Alep, cela m’évoquait seulement l’antiquité, l’origine du savon dur, l’Orient, le Hammam, les mille et une nuits, l’huile d’olive et de baies de laurier et cette texture un peu grasse qui fait sa renommée internationale de par ses qualités hydratantes et apaisantes. Mais ça, c’était avant.
A présent, ce savon m’évoque aussi les violents combats entre les rebelles de l’Armée Syrienne Libre (ASL) et les forces gouvernementales qui ont lieu à Alep depuis plus de quatre mois, la peur, les planques, le sang, les pilonnages, le rationnement, les voies d’exportation désormais totalement coupées vers le nord (kurde) de l’Irak et vers la France, tout comme les échanges financiers que notre pays a désormais totalement interdit depuis janvier au nom du droit à la démocratie pour les syriens.
Et ces petites entreprises où l’on se transmet l’art de la saponification de père en fils ? Celles-là mêmes où l’on découpe encore manuellement ces petits cubes qui atteriront dans nos parapharmacies puis dans nos salles de bains et qui ont séché dans des tours à l’abri du soleil, survivront t-elles à tout cela ?
Beaucoup ont fermé mais d’autres se battent pour faire face aux effets pervers de la guerre (augmentation vertigineuse du coût de la matière première, manque de main d’œuvre, difficulté à trouver des emballages de qualité). Malgré tout, le savon d’Alep a toujours existé et certains importateurs français, persuadés que ce produit ancestral survivra à la guerre n’abandonnent pas ces producteurs de concentré de vraies valeurs et utilisent le système D pour continuer leurs échanges commerciaux. Oui mais, pour combien de temps ?
La semaine dernière je me baladais dans une grande enseigne de décoration et je me suis arrêtée net au rayon salle de bain/cosmétiques : tous leurs savons d’Alep étaient bradés à -80%. J’ai acheté le peu qu’il restait en rayon. A la caisse, j’ai demandé à la caissière ce qu’Alep évoquait pour elle. Elle a haussé les épaules et m’a répondu : « ben, du savon ».
Alors, on s’en lave les mains ou pas ?

Pour découvrir la fabrication du savon d’Alep vous pouvez visionner la vidéo suivante :
Merci Saryane !

6 réflexions au sujet de « Mes savons ont une âme »

  1. Ping : Merci pour ce moment® … | Prose kawa

  2. Cette vidéo est vraiment intéressante. Il y a bien des années que j’achète ces savons mais je ne me doutais pas que la fabrication était aussi artisanale. Continue tes recherches, c’est passionnant. Mum

    J'aime

  3. Merci d’y avoir fait un petit tour! A priori je les offre à mon entourage, mais à la demande de certains j’en vend pour les fêtes de Noël pour qu’ils puissent en offrir. Ceci me permet d’écouler mon stock énorme et surtout de pouvoir m’acheter à nouveau de la matière première. Je pense me lancer un jour dans la vente officielle mais la réglementation est assez stricte (numero INCI, inscription des recettes au centre anti-poisson c’est la folie) donc pour le moment c’est uniquement pour les personnes qui les achètent en connaissance de cause…Et pour moi le plus important est de partager ma passion (dévorante) et de voir qu’un petit morceau de moi se retrouve dans plein de salle de bain ;-)

    J'aime

  4. J’ai lu avec plaisir ton post. Moi aussi je pense beaucoup aux Syriens en ce moment et tout particulièrement aux savonniers. Je me suis mise à la savonnerie il y a 1 an environ, et même si je n’ai pas encore eu l’occasion de faire du savon d’alep, je suis en admiration devant cette fabrication artisanal et traditionnel. Ce film est impressionnant. On va dire que je fais à peu pret la même chose dans ma cuisine….. à petite échelle!!!
    Si tu as un peu de temps, ça me ferait plaisir si tu allais faire un petit tour sur mon blog, dédié aux savons justement! http://caillouxbio.canalblog.com/ (si la pub est autorisé ici)

    J'aime

    • Merci Anne-So pour ton gentil commentaire ! Evidemment que la pub est autorisée sur mon blog ! Tes savons sont ravissants (surtout les derniers réalisés dans les jolis moules que tu viens d’acquérir). Les autres, me font penser à la marque anglaise de savons naturels Lush, tu connais ? Tu les commercialise ou ce n’est encore qu’un hobby ? Les « Pomme-Cannelle » doivent être fameux, j’adore cette senteur !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s